Bientôt ... Musée de l'Herboristerie et de la lavande à Forcalquier

à l'Université des Saveurs et Senteurs au couvent des Cordeliers

Offre disponible jusqu'au jeudi 28 juin 2018

Nouveau !

Le Musée de l'herboristerie et de la lavande en Pays de Lure entend présenter de façon ludique et intéractive une histoire singulière, celle de l'exploitation des simples de la Montagne de Lure autour de 3 secteurs d'activités : les médicaments à base de plantes, les parfums et cosmétiques et les élixirs.

LE PROJET

Depuis le 17e siècle, la montagne de Lure est connue pour sa richesse floristique. C’est la raison pour laquelle des activités économiques se sont rapidement développées autour de la cueillette des plantes puis de leur culture et enfin de leur transformation. A la fin du XVIIe siècle, les trois quarts de la population (480 habitants) vivait sans doute du produit de l’herboristerie et de la droguerie.

Au début du XIXe, à Saint-Etienne-les-orgues, existaient des pharmacies où l’on pratiquait la plupart des opérations de chimie et où l’on fabriquait presque toutes les compositions détaillées dans les pharmacopées de Londres, Berlin, etc. A cette époque, le métier d’apothicaire regroupait tout aussi bien le fabriquant de parfum, le pharmacien et le producteur d’élixirs. Le décret napoléonien du 18 août 1810 marquera une première séparation celle de l’apothicaire et du parfumeur qui arrêtera à cette date d’attribuer des pouvoirs thérapeutiques aux parfums. A la fin du XIXe siècle, ce sera le tour des fabricants d’élixirs qui se tourneront vers le secteur de l’agroalimentaire.

Cette histoire singulière a façonné et façonne encore les paysages et l’activité économique de la Haute-Provence. La filière senteurs saveurs en est aujourd’hui l’héritière.

C’est ce voyage que nous proposerons aux touristes, petits et grands, d’emprunter dans un espace poly-sensoriel de découverte et d’interprétation.